FairCredit

myliu le menu principal, main menu @fr

Faircredit, la monnaie d’échanges et de crédits de Fair.coop

Faircredit sera le grand pari sur l’innovation monétaire de la Fair.coop pour construire grace à sa complémentarité avec Faircoin et au travail de la 2017.fair.coop et de ses membres, un nouveau système économique plus juste et efficace.

La date de lancement de Faircredit  est prévue en janvier 2015.

Voici comment nous l’envisageons : Faircredit est le sytème monétaire de crédit mutuel à échelle globale. Il s’appuie sur faircoin ; un moyen d’échanges économiques, d’expansion et de crédit entre les membres de Fair.Coop. Ainsi, on réduit le besoin de dépenser des faircoins, on approfondit sur leur fonction de réserve de valeur, et dans le même temps on favorise des mécanismes plus adaptés de crédit et d’échanges économiques.

Les critères pour participer à Faircredit sont donc les mêmes que ceux pour devenir membre de plein-droit de Fair.coop

A la différence de Faircoin, Faircredit a uniquement cours au sein de Fair.coop. Il ne permet pas de réaliser d’opérations d’achat-vente avec des personnes ou des entreprises non-membres de Fair.Coop.

En fonctionnant de la sorte, le système économique promut par Fair.coop viendra compléter l’usage de monnaies aux différentes fonctions. Tu trouveras plus d’explications à ce sujet sur la page intitulée « Un nouveau système économique« 

Dans un soucis de compréhension, nous utiliserons le vocabulaire suivant:

  • Faircredit : La monnaie de crédit mutuel en interne à la Fair.Coop
  • FairCredits : Solde d’un compte de faircredit créditeur
  • Crédit disponible : Différence entre le solde actuel et le seuil maximum de dépenses accepté en faircredit
  • Crédit : Part de crédit disponible qu’un utilisateur met à disposition afin d’augmenter le crédit disponible d’un autre utilisateur
  • CreditsFair : Solde d’un compte de faircredit débiteur

    Un nouveau compte observera par défaut 3 critères :

– Un solde à 0 au moment de la création.
– Un crédit disponible qui indiquera la quantité disponible à dépenser
– Le nombre de Faircoins liés au compte et qui sera relatif au crédit disponible.

 Le niveau de crédit disponible dépendra de différents facteurs que le système informatique aura en charge d’exécuter automatiquement :

– Par défaut, la quantité de faircoins qu’économisera un usager avec Fair.coop correspondra au minimum de crédit disponible. Il sera possible de les débloquer vers son compte en faircredit ; des faircoins auxquels — par le biais d’un système de multisignatures — on ne peut toucher qu’à hauteur du montant qui n’est pas engagé comme garantie de crédit.

– Dans le cas où un usager a besoin d’investir dans des moyens de production, sa capacité de dépense en Faircredit sera un multiple de la quantité de faircoins économisés/donnés (par exemple x2). Il suffira que son fournisseur accepte la transaction car l’opération de crédit sera une opération autonome dans laquelle seuls ces deux interlocuteurs auront à intervenir.

– Quand un usager a besoin d’acheter du matériel pour produire et que des membres de Fair.Coop comptent parmi ses clients, il peut compter sur un crédit disponible égal à la consommation engagée par tous les usagers de Faircredits ou Crédit disponible qui auront auparavant répondu positivement à sa demande. Quand la vente aura lieu, il sera en charge de remettre le compte au niveau initial jusqu’à ce que recommence un cercle de production.

Un mécanisme de décision décentralisée de crédit et de garantie se créera en octroyant aux usagers la capacité de prêter ensemble à d’autres usagers (ils auront à disposition un crédit dont ils n’auront pas besoin). Ils devront répartir les risques entre différents projets, en attribuant par exemple un maximum de 10% de leur capacité de crédit par projet. Cela immobilisera leurs faircoins à hauteur de la quantité versée à d’autres usagers.

Les faircredits ne pourront pas être indéfiniment accumulés afin d’éviter que faircredit et faircoin ne se retrouvent en concurrence en tant que « réserves de valeurs ». Il faut se pencher sur le type de mécanisme que nous voulons afin d’éviter ceci. Des formes d’oxydation ou de péremption pourraient être utiles.

Le crédit disponible des usagers qui ne réalisent pas d’activités productives dans la Fair.coop dépendra de deux facteurs : D’un côté leurs faircoins épargnés, et de l’autre, leurs Karmas sur FairNetwork. Nous devrons nous pencher sur la façon de relier ces deux facteurs pour définir l’accès au crédit.

Les faircredits peuvent être convertis en Faircoin à n’importe quel moment, à condition de les épargner durant une période à fixer. Ces faircoins proviendront d’un fonds de liquidités en faircoins destiné à faircredit. Le Fonds Mancomunado (géré par le Conseil de l’Ecosystème) pourrait y participer.
Des mécanismes de conversions seront activés dans le même temps. Ils permettront — tout en le décourageant — le change de faircredits vers l’extérieur du système 2017.fair.coop dans le but de couvrir les besoins en liquidité des membres de Fair.coop qui le demandent. La marge générée par le change pourrait par exemple venir gonfler le fonds de liquidité, jusqu’à ce que l’apport initial soit reconstitué et puisse être utilisé dans un autre projet.

Avant le lancement, il reste à étudier les mécanismes permettant aux usagers de faire face à des situations d’urgence personnelles ou collectives (couvrir les besoins basiques comme la nourriture, l’eau, le logement, la santé, l’éducation) grâce à Faircredit.

Faircredit est donc un projet qui incorpore les apprentissages de différentes théories monnétaires transformatrices et ceux tirés de nos propres expériences. Avec Faircredit et faircoin, nous espérons pouvoir apporter à la société un système économique plus éthique, juste et soutenable.

En savoir plus sur les systèmes de crédit mutuel :

Les systèmes de crédit mutuel sont des moyens d’échanges multiréciproques ; ni plus ni moins qu’une évolution logique du troc sur une base communautaire. Ils ont été impulsés par des organisations et collectifs sociaux qui les ont expérimentés concrètement et de différentes manières depuis plus de 30 ans (des exemples antérieurs à cette époque existent)

Un système de change local utilise le crédit sans intérêts comme forme de création d’argent. Quand deux comptes réalisent leur premier mouvement, l’un des deux reste en solde positif et l’autre tombe en solde négatif. Ce solde « rouge » n’est pas une dette. C’est la condition nécessaire pour créer de l’argent de façon décentralisée, une monnaie sociale.

Prenons l’exemple d’un participant à ce système qui propose son activité de baby-sitting. Le travail est rétribué et génère un solde positif sur son compte. Une fois qu’il dispose de ce solde, il peut le dépenser en recourant aux services d’un charpentier qui fait partie du système. Il le paiera avec ce solde positif. Les soldes des comptes sont la monnaie. Toutes les transactions économiques sont reportées sur un site Internet ouvert aux participants du système et leurs sont complètement transparentes. On peut aussi parler d’un système monétaire mutualiste car les participants au réseau en sont aussi les bénéficiaires.

Comme nous l’avons vu dans le cas de Faircredit, il sera question d’un système de crédit mutuel évolué afin de permettre l’expansion et la contraction de crédit entre les participants.

This post is also available in: Anglais Espagnol Catalan Chinois simplifié Allemand Grec moderne Portugais